Archive for the ‘Mobile Agencies’ Category

Mobile Marketing : Air2Web, MindMatics merge

octobre 5, 2007

The field of mobile marketing startups continued to winnow as Atlanta’s Air2Web and Germany’s MindMatics agreed to merge.

Terms of the deal were not disclosed.

Air2Web launched years ago as a wireless messaging and technology firm, but has morphed into a firm that executes mobile marketing campaigns and builds wireless Web sites for brands including The Weather Channel, Procter & Gamble and others. The company’s backers include The Carlyle Group, Jupiter Ventures and Vantage Point Venture Partners.

MindMatics has gained traction in Europe delivering promotional and marketing applications with partners such as Unilever, T-Mobile, Sony Ericsson, Budweiser and McDonald’s. Investors in the Munich-based firm include T-Mobile Venture Fund, Tempo Capital and Holtzbrinck Ventures.

The deal follows a flurry of recent M&A activity in the mobile marketing space. AOL L.L.C. was one of the first into the fray with the May acquisition of Third Screen Media; since then, Nokia Corp. has agreed to acquire Enpocket, Yahoo Inc. pocketed Munich’s Actionality, Microsoft Corp. snapped up France’s ScreenTonic and content provider Buongiorno S.p.A. has made several smaller acquisitions.

Air2Web and MindMatics claim the merger will result in “the world’s largest, independent, pure-play mobile marketing agency.” Ingo Lippert, MindMatics’ CEO, will serve as managing director of European business for the combined company, which apparently will do business under Air2Web’s brand.

“Mobile marketing is evolving and, in turn, creating remarkable value and opportunity for vendors, marketers and consumers alike,” Lippert said. “Together we are very focused on meeting changing market needs and consumer demand, and are well-positioned to leverage those resources for the benefit of our customers worldwide.”

www.air2web.com & www.mindmatics.com

Air2Web, MindMatics merge – RCR Wireless News

technorati tags: , , , , , , , , , , , ,

Publicités

Mobile Marketing – PressRelease : Nokia to acquire Enpocket to create a global mobile advertising leader

octobre 4, 2007

Enpocket to provide Nokia with a platform to accelerate scaling of its mobile advertising business

Espoo, Finland – Nokia and Enpocket announced that they have entered into a definitive agreement for Nokia to acquire Enpocket (www.enpocket.com). Enpocket is a global leader in mobile advertising; providing technology and services that allow brands to plan, create, execute, measure and optimize mobile advertising campaigns around the world. By acquiring Enpocket, Nokia will accelerate the scaling of its mobile advertising business, leveraging Enpocket’s platform and strong partnerships with advertisers, publishers and operators. In addition to key assets, through this transaction Nokia is gaining a team with strong expertise in global mobile advertising across disciplines.

« Nokia has already announced its intention to be a leading company in consumer Internet services and we believe that mobile advertising will be an important element in monetizing those services for our customers and partners. Enpocket’s mature leading edge platform and people expertise are a strong fit with Nokia existing capabilities in the mobile advertising market, » said Tero Ojanperä, Chief Technology Officer, Nokia. « This acquisition is a game changing move to bring the reach and depth of Nokia to organize the market across the world, and make it easier for an ecosystem to develop. »

Enpocket is a privately-owned company, established in 2001 and headquartered in Boston, Massachusetts, USA. The innovative technology that drives the Enpocket platform is a mobile advertising campaign management and delivery system distinguished by advanced consumer insight, targeting, and measurement. The platform can deliver mobile advertising across multiple formats including SMS, MMS, mobile Internet advertising, and video. Enpocket is powering mobile advertising for leading mobile operators and publishers across the globe and has an ad sales force that is working with large brands.

« Effective interactive advertising on the mobile device can create tremendous value for the mobile industry while bringing new Internet services to people around the world, » said Enpocket President and Chief Executive Officer, Mike Baker. « Enpocket and Nokia are combining to provide the leadership needed to define, build and standardize globally the business of mobile advertising so that brands can easily and efficiently engage consumers on their personal devices. »

The agreement is subject to customary closing conditions and is expected to close in the fourth quarter of 2007.

Nokia – ShowPressRelease

technorati tags: , , , , , , , , , , , , ,

Marketing Mobile : Nokia mise sur la géolocalisation avec le rachat de Navteq

octobre 4, 2007

En s’emparant de l’éditeur américain de logiciels de navigation Navteq pour 5,7 milliards d’euros, le premier fabricant mondial de téléphones mobiles signe la plus grosse acquisition de son histoire.

Nokia a beau régner sur le marché du mobile en écoulant plus d’un million de téléphones par jour à travers le monde, cela ne lui suffit plus. Le finlandais l’a prouvé hier en signant la plus grosse acquisition de son histoire : le rachat de l’éditeur américain de logiciels de navigation Navteq pour 8,1 milliards de dollars (5,7 milliards d’euros). Car, non content de tirer ses revenus de la vente du téléphone, Nokia veut être au coeur des services Internet mobiles.

« Les services basés sur la localisation sont une des pierres angulaires de cette stratégie », a affirmé le PDG, Olli-Pekka Kallasvuo. Avec Navteq, Nokia met la main sur l’un des deux leaders mondiaux de la cartographie numérique. Fondé en 1985 dans la Silicon Valley et comptant environ 3.000 salariés, Navteq est le principal concurrent du néerlandais Tele Atlas, qui vient pour sa part d’être racheté par le premier fabricant de navigateurs GPS TomTom pour 1,8 milliard d’euros. Aujourd’hui, Navteq fournit des données cartographiques couvrant 69 pays, qui sont notamment utilisées dans les systèmes de navigation embarqués à bord des véhicules. Egalement propriétaire du site américain d’information routière Traffic.com, Navteq a généré, l’an dernier, un bénéfice net de 110 millions de dollars pour un chiffre d’affaires de 582 millions.

Au prix fort

Autant dire que Nokia a accepté de payer le prix fort pour se renforcer sur le marché encore balbutiant de la géolocalisation. Navteq a d’ailleurs reconnu avoir étudié d’autres offres avant d’accepter celle du finlandais, ce qui limite fortement le risque de contre-OPA. Si les analystes ont salué la pertinence stratégique de l’opération, beaucoup l’ont jugée bien trop coûteuse. L’action Nokia s’est d’ailleurs repliée de 1,84 % hier à Helsinki.

Cette acquisition s’intègre en tout cas dans la volonté du finlandais de se développer dans les services, quitte à venir concurrencer ses propres clients opérateurs mobiles. « Nokia se définit désormais par rapport au monde de l’Internet et non plus des télécoms », estime Vincent Poulbère, analyste chez Ovum. Convaincu que les 900 millions de mobiles Nokia en service dans le monde constituent la porte d’entrée idéale pour accéder à l’Internet, le finlandais s’est déjà lancé dans la musique (via le Nokia Music Store) ou les jeux (N-Gage). Il vient de les regrouper sous la marque Ovi (« porte » en finlandais) à partir de laquelle l’utilisateur trouve également le service de localisation Nokia Maps. Fonctionnant déjà sur le terminal multimédia N95 lancé l’an dernier, ce service est gratuit. Les cartes sont actuellement fournies par Tele Atlas. Avec Navteq, Nokia accentue la pression sur TomTom alors que les ventes de systèmes de navigation personnels devraient tripler d’ici à 2010, pour représenter un marché de 12,8 milliards de dollars, selon iSuppli.

En France, 2,5 millions de GPS devraient être vendus cette année, selon GfK, le double de 2006. Le mobile doté d’un navigateur GPS ouvre la porte à une multitude de services localisés et personnalisés.

C’est pourquoi Nokia vient aussi de racheter la société américaine de marketing mobile Enpocket, spécialisée dans les SMS ou MMS publicitaires. Actuellement dominé par Google et Yahoo!, ce marché pourrait peser 11,4 milliards de dollars en 2011, contre 2 milliards aujourd’hui, pronostique Informa Telecoms & Media Group.

Nokia mise sur la géolocalisation avec le rachat de Navteq

technorati tags: , , , , , , , , , , , , , , ,

Marketing Mobile : Microsoft se renforce dans la publicité sur mobile en rachetant ScreenTonic

mai 5, 2007

Microsoft rachète le Français ScreenTonic, la régie publicitaire dédiée au mobile. Après s’est fait coiffé sur le poteau par Google concernant le rachat de DoubleClick, l’éditeur revient à la charge. Il enrichit ainsi sa propre régie publicitaire Microsoft Digital Advertising Solutions (MDAS). Le géant de Redmond n’a pas souhaité communiquer sur le montant de la transaction.

Microsoft a pour objectif de fournir des solutions publicitaires pour les éditeurs et les opérateurs. «La publicité mobile devrait connaître une croissance exponentielle au cours des cinq prochaines années», prédit Didier Kuhn, PDG de ScreenTonic.
De son côté, ScreenTonic se targue d’avoir les principaux opérateurs français, britanniques et belges comme partenaires.

Il y a quelques jours, Yahoo! a proposé 680 M$ pour racheter Right Media, entreprise spécialisée dans la vente d’espaces publicitaires en ligne, dont l’activité est identique à celle de DoubleClick.
La guerre fait rage entre Microsoft, Google et Yahoo! Avec ces rachats, chacun convoite la plus grosse part d’un marché qui réalise une croissance à deux chiffres par an.

http://www.screentonic.com

Microsoft se renforce dans la publicité sur mobile – Actualités Business – Le Monde Informatique

technorati tags: , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Mobile Marketing : Questions for Enpocket CEO Mike Baker

mars 15, 2007

The mobile industry’s CTIA Wireless, a show covering wireless, broadband convergence and mobile computing, is just a few weeks away; and many companies will use the event to launch new ad products and partnerships.

Among those present will be Enpocket, one of the oldest surviving mobile firms. Enpocket enjoys a special relationship with Sprint, the carrier with arguably most vocal plans to sell and traffic mobile advertising. In the run up to the conference, ClickZ spoke with CEO Mike Baker about the trajectory of his company, that of the industry as a whole, and the state of budget allotments for advertising on handheld devices.

Q. Briefly, what’s the origin of Enpocket?

A. We started in 2001, and were active in Europe and Asia before being active in the U.S. Now the majority of our revenue and the majority of our company is based [in the U.S.], a reflection of market growth.

We focused on the brands that have the most to gain from mobile marketing, which are the mobile carriers themselves. Vodafone, Sprint, Virgin use our platforms to message their customers about buying services, ringtones, text messaging, and plans. First party promotional marketing that really shows up to a subscriber as receiving a text message or multimedia message.

Q. How has that carried over to the brand side?

A. We’ve done over a thousand campaigns for brands over the years. We started with a mechanism most people use, SMS; now we’re seeing greater adoption and doing brand campaigns that appear as display advertising within the browser.

What we’ve really learned is that the buyers, the brands and the agencies are confused by the fragmented niche players. Company one sells mobile media, company two delivers text messaging campaigns, company three builds mobile Web sites. [Marketers] want to work with a company that has experience executing the entire solution. Enpocket brings a total mobile solution, so marketers can deal with one company, soup to nuts. Plan, create, and optimize campaigns from a mobile device.

Q: Is that the advantage of offering a portfolio of services instead of a single service?

A. It’s a personal device. It can’t just be about banner ads. Marketers need more than just banner ads. We want to use the banner to draw people into highly engaging experiences, like a quasi-application that’s branded. For example, use the banner to let people know we’ve got a store finder on the mobile Web or that they can download a branded wallpaper or that they can sign up for text notifications of sales. We’re able to put all these things together to solve sales problems.

Mobile is complex enough without having to deal with a cadre of niche vendors. While focusing on a niche may be a nice differentiator, the market is too complex to expect advertisers to work with several companies to pull together a comprehensive mobile program. Our niche, if you will, is the complete solution.

Q. Do you see some sort of industry consolidation down the road?

A. I don’t worry about that. My view is that meshing together companies probably doesn’t create very integrated solutions. It needs to happen down on a platform level. We have a platform; the technology itself does all the things we need it to do. You can’t recreate it by cobbling Frankenstein’s monster of limbs.

My worry for the industry is that it’s not able to organize itself and show brands an effective place to spend money… I think the industry does need to come together to make it easier for brands and agencies to transact in the medium, making it simpler to buy or run campaigns, and syndicate the ad buying opportunities.

Q. What can be learned or carried over from Internet content and marketing?

A. It is a different medium… You can’t port Internet experiences to the small screen. Internet companies like Yahoo had to fundamentally rework the product offering on the channel. To succeed in mobile is not a given for Internet companies like Yahoo, Google, and MSN because it does require them to produce different assets, different experiences. They’re still in a very good position to leverage an adjacent opportunity in the mobile space.

In general I would say the display advertising market for mobile is very early. That said, I see a definite appetite among brands to engage in that sort of mobile advertising. This is a building year, a learning year, a testing year. The difference between this year and last year is that there are a lot more people testing. We’re really looking at later 2007 and 2008 for a pretty significant pick up for brands and advertisers moving from test mode to a recurring spend in mobile advertising.

Q. What is allowed by 3G and high-speed access?

A. We see a more actively engaged audience… Look at what broadband has done. It really led the interactive industry into the golden age. Without it, you’re back in the text messaging mode; with it, you’ve got the full palette.

The U.S. is very interested in rich media. The U.S. is different than Europe and Asia. Where I predict we’ll be ahead is in the use of the browser, and I think that will correlate directly with the roll-out of the 3G networks. The bandwidth allows an experience to click as often as you would on your desktop.

Q. Where does the industry stand on reporting and measurement?

A. We’ve spent a lot of time trying to create reporting like you would find on the Internet, like Internet advertising can do. Measuring on mobile is harder, because this medium doesn’t have cookies right now. The unique identifier, the numbers, are not always available unless somebody has consented to give it to the brand.

Q. What advice do you have for brands experimenting in the mobile channel?

A. Part of the value of spending money is learning, and if the reporting is not good then you’re not really learning. Learning what doesn’t work and why is as important as learning what does work and why.

Questions for Enpocket CEO Mike Baker

technorati tags: , , , , , , , , , , ,

Enpocket Wins Best Mobile Marketing Campaign at the 2006 MITX Awards

novembre 20, 2006

Boston – Enpocket, the Intelligent Mobile MarketingTM company, has been selected as a winner in the Best Mobile Marketing Campaign category at the 2006 MITX Awards for its work with the A&E Network. Enpocket created a unique mobile marketing program that engaged viewers of the popular A&E show “Dog the Bounty Hunter” with entertaining interactions that enabled viewers to exchange quips with show’s main character via text messaging and also reminded fans to watch the show.

The annual MITX Awards is the largest awards competition in the country that recognizes achievements in the development and implementation of interactive technologies. Winners were announced in 25 categories, including five “Best of” awards, at a ceremony attended by more than 800 industry professionals held on November 8th at the Boston Copley Place Marriott.

“We’re excited that MITX has recognized one of many exciting campaigns that Enpocket is creating on behalf of our clients. The Dog the Bounty Hunter mobile program was a big success, producing an incredibly high participant engagement with the A&E brand, as well as exceptional recall of campaign messages,” said Mike Baker, Enpocket’s President and CEO. “The qualitative research conducted during the mobile campaign proved that mobile marketing is an effective ‘tune in’ vehicle for television programs and improves brand perception of both the show and the network.”

Entries were judged by more than 100 industry professionals representing various disciplines including creative directors, designers, technologists, online media representatives, investors and business professionals.

For the full list of winners, please visit www.mitxawards.org.

Enpocket Wins Best Mobile Marketing Campaign at the 2006 MITX Awards

technorati tags: , , , , , , , , , , , , ,

Peugeot Completes Mobile Marketing Campaign

octobre 27, 2006

The mobile marketing firm, Puca has announced that it has completed a mobile phone based advertising campaign in Ireland, to launch the new Peugeot 207 motorcar. The campaign, which included billboard, mailing, press and radio advertising, encouraged target customers to download a link to a mobile internet website which they could view on their handset. It has resulted in a large volume of responses, and with 40% of respondents providing personal contact details, the campaign has proven to be very successful in generating test drives.

Peugeot is one of the first in Ireland to use mobile internet marketing and to integrate it across an entire campaign.

Vincent Delettre, CRM manager, Peugeot Ireland said, « The real advantage of mobile internet marketing was being able to introduce much more creativity, colour, interactivity and fun to our mobile marketing. The results have been very strong to date. They certainly justify our plan to allocate a larger proportion of our advertising budget to mobile. »

Puca has undertaken a number of surveys into the use of mobile marketing. Its latest research shows the Irish market for mobile marketing growing to EUR17 million, or 1% of the total advertising market in Ireland in 2007. P?forecasts this to grow very substantially to 5% of the total advertising market by 2010, with a value of over EUR100 million.

Peugeot Completes Mobile Marketing Campaign

technorati tags: , , , , , , , , , , , , , ,

Marketing Mobile : RIM propose de se passer de son serveur de mails

octobre 25, 2006

RIM vient de dévoiler une mise à jour de son serveur pour entreprises, leur permettant de déployer des applications mobiles sur les terminaux de leurs utilisateurs. BlackBerry Enterprise Server for Mobile Date System Applications, qui prend place derrière le firewall de l’entreprise, autorise l’installation et l’accès à des applications sans passer par un serveur d’emails. Aussi, les utilisateurs équipés d’un terminal BlackBerry et d’un client MDS peuvent-ils accéder directement à une batterie d’outils sans nécessairement être connectés à un compte mail, tout en bénéficiant des mêmes niveaux de sécurité que ceux entourant le push mail de RIM.

Cette nouveauté s’inscrit dans la volonté de RIM de dépasser le champ de la messagerie mobile. L’idée est de se baser sur les fonctions de base de BlackBerry pour relier les utilisateurs à une plus large variété de données et d’applications. Partant, les éditeurs tiers peuvent également utiliser les services de données MDS pour « blackberryser » leurs outils.

RIM propose de se passer de son serveur de mails – Actualités Mobilité – Le Monde Informatique

technorati tags: , , , , , , , , , , , , , , ,

Marketing Mobile : NRJ Mobile lance le téléphone portefeuille avec le CIC-Crédit Mutuel Mobilité

octobre 23, 2006

Les fonctionnalités du téléphone portable ne cessent de se multiplier. Après les transactions d’argent par SMS proposées par la Caisse d’Epargne, l’opérateur virtuel NRJ Mobile et le Crédit Mutuel viennent d’annoncer le lancement pour la fin novembre d’un système de paiement par mobile.

Le projet a été mené par sept entreprises : le CIC-Crédit Mutuel, NRJ Mobile, Mastercard, Gemalto, InsideContactless, Sagem Communication et Sagem Monétel. Le Crédit Mutuel, actionnaire du MVNO, a financé en grande partie ce nouveau système de paiement.

Pendant 6 mois, et uniquement à Strasbourg, 200 clients tests disposeront d’un combiné équipé d’une puce sans contact-NFC (Near Field Communication) et d’une carte SIM intégrant une application de paiement développée par Eurocard / Mastercard. Ce téléphone-carte de paiement pourra être utilisé chez une cinquantaine de commerçants.

Pour payer avec son téléphone, c’est très simple : il suffira au client de présenter son téléphone devant une borne dédiée fournie également par Sagem et de composer son code confidentiel pour valider la transaction. Une nouvelle présentation de son téléphone devant la borne confirme alors le montant et la validité de la transaction effectuée.

Ce service, mis à part le fait que le téléphone n’entre pas en contact avec la borne, est identique au paiement par carte bancaire. Selon la banque, il s’annonce comme particulièrement efficace en matière de sécurité. En effet, l’application, qui répond au standard EMV (Europay, Mastercard, Visa), est inviolable si l’on ne connaît pas le code secret, aucun chiffre n’étant visible sur la carte SIM.

Si l’expérience est un succès, elle pourrait être généralisée pour 2009. Des sociétés comme UGC se montrent même déjà intéressées. Selon Nicolas Guilbert, directeur marketing chez NRJ Mobile, le service, qui « transmet le paiement en quelques dixièmes de secondes », permet de réduire « considérablement les files d’attente traditionnellement longues dans les cinémas de l’enseigne ».

Les responsables du projet se montrent néanmoins prudents, l’échec du porte-monnaie virtuel Monéo ayant marqué les esprits des éventuels investisseurs. A cet effet, le porte-parole du groupe bancaire a annoncé que « cette période d’expérimentation permettra d’analyser le comportement des clients et de prendre en compte les besoins des commerçants pour un futur déploiement massif ». Quoiqu’il en soit, un portable qui ne sert qu’à téléphoner pourrait vite devenir ringard ! Gare aux distraits qui égareraient leur nouveau portefeuille…

NRJ Mobile lance le téléphone portefeuille avec le CIC-Crédit Mutuel Mobilité – Atelier.fr

technorati tags: , , , , , , , , , , , , ,

Mediacontacts et MSN s’interrogent sur l’avenir du marketing interactif

octobre 20, 2006

En partenariat avec MSN, Mediacontacts, réseau interactif de MPG (groupe Havas), s’est interrogé jeudi matin sur l’avenir du marketing interactif…

Multiplication des écrans, fragmentation de l’audience, participation des internautes,.. le monde des médias connaît un grand chambardement et MediaContacts, branche interactive de MPG, filiale d’achat d’espace de Havas, s’est associé à MSN, pour organiser jeudi matin à Paris une matinée pour s’interroger sur l’avenir du marketing interactif.

« Avec plus de 27 millions d’internautes, en croissance de 13% par an, et un chiffre d’affaires publicitaire de 1 milliard d’euros pour le seul premier semestre, en croissance de +57%, le web est désormais un média incontournable en France. Les frontières s’estompent entre le online et le offline et la mission de Mediacontacts est d’accompagner les annonceurs dans ce nouveau monde, de plus en plus stratégique mais également de plus en plus complexe » a expliqué en introduction Pascal Dassieux, DG de Mediacontacts.

Venu officialiser le lancement de Microsoft Digital Advertising solutions, Olivier Marcheteau, DG de MSN France a confirmé cette vision en précisant que cette nouvelle régie allait non seulement commercialiser les espaces publicitaires de MSN, MSN video, Windows Live mais également ceux de Xbox live sur console de jeu ou ceux de Office online, complément des logiciels bureautiques Office. Marc Bresseel, Directeur commercial EMEA de MSN, est également venu rappeler le potentiel publicitaire de Windows Live Messenger pour les marques, avec de nouveaux formats comme les packs de personnalisation ou les « bots » permettant aux internautes de communiquer .. avec une marque. « C’est l’engagement maximal entre un consommateur et un annonceur » a-t-il expliqué.

Directeur général d’Orange Mobile France, Jean-Noêl Tronc a sa part rappelé le poids qu’avait pris le téléphone mobile, adopté par 80% des français, dans le paysage audiovisuel, et l’importance d’intégrer ce « 4e écran » dans les plans médias des annonceurs. Il a également souligné la montée en puissance de l’internet mobile, touchant plus de 13,4 millions de mobinautes français et l’essor de la télévision mobile, surprenant même les sages du CSA. Longtemps en charge de la stratégie d’Orange, Jean-Noël Tronc a enfin invité les invités de Mediacontacts à méditer sur le potentiel du marketing mobile, quand il combinera le haut débit, le permissive marketing, la géolocalisation et le m-paiement…

Fragmentation des écrans, convergence télévision et internet, personnalisation des services mais également participation des internautes : tous ces concepts étaient également au cœur de la présentation de Dominique Delport, directeur général de MPG France et de Don Epperson, Directeur général monde de MediaContacts. Très attentifs aux révolutions technologiques, les deux hommes ont rappelé la nouvelle donne pour la télévision, avec la multiplication des chaînes et l’arrivée des magnétoscopes numériques, pour la presse, avec la montée en puissance du web, des webzines, des blogs ou du RSS, mais également pour l’affichage, avec le développement du papier numérique et l’introduction de l’interactivité, grâce à bluetooth ou à la technologie NFC. « La période est marquée par cette triple révolution technologique et par l’introduction du temps réel. Cela oblige une agence comme MPG à investir en amont, pour optimiser le ciblage, et bien entendu en aval, pour améliorer la mesure des campagnes publicitaires » a expliqué Dominique Delport.

Anthropologue chez Microsoft, Anne Kirah a conclu cette matinée en dessinant le profil du consommateur de 2010, établi grâce à ses observations des adolescents d’aujourd’hui. Premier constat : la génération digitale ne partage plus forcément les valeurs des baby boomers. Née avec l’internet ou le téléphone mobile, cette génération n’oppose pas le monde réel et le monde virtuel. « Un sentiment n’est jamais virtuel » souligne Anne Kirah. L’anthropologue a également expliqué que cette génération savait gérer l’hyperinformation (utilisation des bons outils, optimisation du temps), qu’elle s’assumait radine (« je trouverai moins cher sur internet ») et cynique (« si le produit ne me plait pas, je n’hésite pas à changer »), et imposera de plus en plus son pouvoir sur sa famille, ses amis et ses futurs collègues de travail.

En conclusion, Mediacontacts et MSN ont confirmé la généralisation du numérique pour les médias et la nécessité pour les marques de bâtir une relation de confiance avec les internautes. L’heure est au changement. Reste à savoir si les annonceurs sauront désormais adopter la bonne stratégie..

NetEconomie :: Mediacontacts et MSN s’interrogent sur l’avenir du marketing interactif

technorati tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Wireless: Mobile marketing in an ink blot

octobre 19, 2006

The twentysomething with the ponytail races down the steps to the platform to find that she has just missed her subway and will have to wait seven minutes for the next one.

She is unperturbed about the unexpected delay. She pulls out her cellphone, snaps a picture of a corner of the movie poster on the other side of the tracks and, a few seconds later, she has a list of show times at neighborhood theaters on her handset as well as a review of the film. With one more click, she can watch the trailer and buy tickets.

In Japan, this scene is so common as to border on the banal, and the technology that makes it possible, QR codes, is so widespread that it is employed in dozens of retail industries. In Europe and North America, a handful of imitators are looking to the QR model to try to give « point and click » a whole new meaning outside Asia.

QR, or quick response, codes are a similar to bar codes except they are square, look a bit like an ink blot and contain much more information. In Japan and South Korea, QR codes are used to link directly to a Web site, as in the case of the subway poster, saving the user the need to type an address on the tiny keypad of the phone. As marketers seek an edge on competitors, QR codes are appearing practically everywhere in Japan.

« Somebody can go to the meat section of some supermarkets in Japan and use a QR code to find out what the cow ate, where it came from and where it was processed, » said Junn Chanoki, the Tokyo-based head of food and agribusiness research for Rabobank, a Dutch investment bank. « Ninety percent of Japanese have a mobile phone, and most phones are connected to the Internet, so the number of potential users is enormous. »

QR codes are now popping up on Japanese business cards, allowing somebody to snap a picture with a cellphone and save the bother of entering a new contact’s information. Last month, McDonald’s began putting the codes directly on food packaging so that Japanese diners could get nutrition information instantly.

Denso Wave, a Japanese electronics company, created QR codes in 1994 to track car parts, employing hand-held devices that are still in use. Although it patented the process, the company allowed anybody to create QR codes without having to pay a licensing fee. That helped the technology take off.

But that by itself would not have been enough to guarantee the code’s ubiquity, said Daniel Scuka, the editor of Wireless Watch Japan, an online publication.

« QR codes have been a great success in Japan because phone carriers confronted this in a systemic way, with all of them using the same technology, » he said – a potential lesson for carriers in Europe and the United States.

When QR codes first came into use about five years ago, software had to be downloaded onto phones that allowed the handset to decipher the code once it had been photographed. Now, most phones sold in Japan have the software built in, or it can be downloaded directly to the handset.

« The power of QR is that it is easy to use and potentially turns anything into a direct connection between advertiser and client, » said Kent Wertime, the Bangkok-based president for the Asian operations of OgilvyOne, a digital and direct marketing agency.

While QR codes have had success in Japan and South Korea, they have not made the leap to the rest of Asia, Europe and North America. MobileTag, developed by the French company Abaxia, and ShotCode, created by a Swedish-Dutch start-up called OP3, are similar to QR codes and could be the early favorites to grab market share outside Asia, should the technology catch on.

Wireless: Mobile marketing in an ink blot – Technology – International Herald Tribune

technorati tags: , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Marketing Mobile : Economie Matin se lance dans le Mobile Tag et devient le premier journal interactif d’Europe

octobre 18, 2006

Depuis septembre, Economie Matin propose à ses lecteurs le premier journal interactif en partenariat avec Watisit, département Marketing Mobile de Publicis Dialog, et Mobiletag, société filiale d’Abaxia spécialiste des solutions d’informatique mobile professionnelles.

Des tags 2D autrement baptisés Mobiletag ®, placés dans les articles, permettent d’accéder à des services depuis son téléphone mobile. Le premier d’entre eux est l’envoi de l’article associé au tag à un collègue, un ami, d’un simple clic sur son téléphone mobile, pour le coût d’un simple SMS non surtaxé. Le tag associé à la rubrique Conso CultureCoach permet en outre de découvrir directement sur son mobile les prix sur PriceMinister.com des CD et DVD recommandés.

Dans un proche avenir, Economie Matin proposera à ses lecteurs d’autres contenus interactifs, comme par exemple des contenus associés à l’article principal publié dans le journal, mais aussi, des interviews audio en streaming, ou encore des reportages vidéo. La diffusion d’animations interactives, mais aussi l’accés à des services comme le calcul d’un emprunt immobilier, le portefeuille boursier, le cours d’une action toujours depuis son mobile, seront possibles. La encore d’un simple clic sur son téléphone, en passant l’appareil au dessus d’un tag interactif ! Ces tags peuvent également être insérés dans les publicités pour accéder à des informations ou des services complémentaires, toujours depuis son mobile.

Ces mobile tags sont conçus pour être capturés via l’appareil photo d’un téléphone mobile avec une application gratuite développée par Mobiletag et, une fois « scannés », donnent accès à un service ou un contenu multimédia, sans que l’utilisateur ait besoin de saisir manuellement l’URL du site concerné.

Pour Domenico Surace CEO de Mobiletag
« Cette opération, première en Europe, est destinée à vulgariser l’usage des tags qui font un tabac au Japon, devançant même les SMS. »

Pour Jean-Baptiste Giraud, Président Directeur d’Economie Matin,
« Les tags permettent d’accéder à de nouveaux contenus en association avec le magazine Economie Matin sans effort, d’un simple clic. C’est l’avenir de la convergence papier Internet en situation de mobilité. »

Pour Georges de la Ville Baugé, Directeur Associé de Watisit,
« Les annonceurs comme Société Générale, Sony BMG, Pages Jaunes, Meetic, Euronews commencent à utiliser les technologies permettant une interactivité avec les prospects, une voie montante : accès à un portail mobile de contenu, prise de contact, de rendez vous, envoi de documentation. C’est l’avenir de la publicité, presse, mais aussi en affichage ».

PRMinds – ECONOMIE MATIN SE LANCE DANS LE MOBILE TAG ET DEVIENT LE PREMIER JOURNAL INTERACTIF D’EUROPE

technorati tags: , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Marketing Mobile : Netsize et Cognacq-Jay Image partent à la conquête de la vidéo sur mobile

septembre 13, 2006

PARIS, September 12 /PRNewswire/ — En combinant l’expertise de gestion de flux audiovisuels de Cognacq-Jay Image avec les plateformes de diffusion et de facturation mobiles de Netsize, les deux sociétés souhaitent proposer aux acteurs de l’audiovisuel et des télécoms un accès simplifié à la vidéo sur mobile.

Après une première collaboration réussie de vidéo à la demande (VOD) mobile dans le cadre du Mobile Film Festival début 2006, Netsize et Cognacq-Jay Image ont décidé de réunir leurs domaines d’expertises afin de mettre en place une offre complète de vidéo sur mobile. Conçue dans un premier temps pour adresser les problématiques de téléchargement de fichiers vidéo, l’offre évoluera naturellement avec les besoins du marché sur les problématiques de streaming et de gestion de flux live, notamment sous la technologie DVB-H.

Pour Vincent Pillet responsable du marché Entertainment pour Netsize << La vidéo est un enjeu majeur du marché mobile qui va se complexifier avec l’arrivée des terminaux et réseaux 3G. L’expérience indiscutable de Cognacq-Jay Image dans ce domaine nous permet ainsi de proposer à nos clients une offre complète de référence, qui prend en charge l’encodage des vidéos au format mobile, leur distribution ainsi que leur facturation >>.

Pour mettre en place ce modèle, Netsize s’appuie sur l’expertise technique de la plateforme de Cognacq-Jay Image qui assure l’acquisition du flux vidéo, l’encodage et le transcodage ainsi que la post-production si nécessaire.

<< Pour nos clients audiovisuels, la téléphonie Mobile est aujourd’hui un important vecteur d’image et de revenus, nous devons leur offrir des solutions techniques complètes ; la complémentarité des plateformes de Netsize et de Cognacq-Jay Image est un atout essentiel pour notre offre de régie multimédia >> précise Grégory Samson, responsable du développement Multimédia de Cognacq-Jay Image.

Une fois formatés, les contenus vidéos sont ensuite traités par Netsize qui gère l’indexation et la livraison en assurant la couverture de l’ensemble du parc de terminaux compatibles grâce à sa plateforme de gestion de contenus mobiles mSuites.

La qualité des rendus obtenus permet aujourd’hui à Netsize de pouvoir distribuer des fichiers vidéo sur l’ensemble des terminaux compatibles qu’ils soient 2 G, 2,5 G ou 3 G

Prochaine étape du partenariat, la mise en place d’une offre similaire sur le streaming vidéo prévue pour le mois de septembre.

<< Que ce soit pour du téléchargement, du streaming ou du live, de la VOD ou des programmes TV, le monde mobile offre une complexité dans la distribution du service que les acteurs de l’audiovisuel ne maîtrisent pas aujourd’hui >> précise Renaud Ménérat, directeur marketing B2C de Netsize. << Pour illustrer cette complexité c’est un peu comme si une chaîne avait à connaître pour chaque poste de télévision adressé sa taille, sa capacité à gérer la couleur, le son Hi-fi, la TVHD ou non, afin d’adapter le flux de programme à ses caractéristiques précises >>.

Cette connaissance est nécessaire sur le mobile afin d’optimiser l’expérience utilisateur, et Netsize dispose d’une plateforme qui non seulement centralise cette base de données mais adapte automatiquement le flux de contenus proposé au terminal de réception.

De plus grâce à ces solutions SMS+ et Gallery, Netsize assure également la facturation des consommateurs, avec des modèles à l’acte ou sur abonnement.

<< Le SMS et le WAP nous permettent non seulement de facturer l’accès aux contenus et flux vidéos, mais également permettent de développer l’interactivité autour de la TV mobile : jeux concours, vote, téléchargement de produits dérivés,… Il n’y a désormais plus de rupture de média entre le support de diffusion et d’interaction >> conclut Vincent Pillet.

mPayment, la solution de facturation de Netsize permet de facturer les consommateurs mobiles dans plus de 30 pays dans le monde en utilisant des solutions SMS Premium ou WAP Premium.

Netsize et Cognacq-Jay Image partent à la conquête de la vidéo sur mobile!

technorati tags: , , , , , , , , , , , , ,

Sybase rachète Mobile 365

septembre 8, 2006

En vue d’étendre son offre de solutions mobiles, Sybase, l’éditeur de logiciels de gestion d’informations et de mobilité vient d’acquérir Mobile 365, fournisseur de services de messageries sur téléphones mobiles, pour 400 millions de dollars. L’opération devrait être finalisée au cours du quatrième trimestre de cette année.

Mobile 365 propose des solutions permettant l’envoi de plus de trois milliards de messages par mois. Ce rachat permettra à Sybase de commercialiser des services de messagerie mobile hébergés sur le réseau de Mobile 365.

Grâce à cette acquisition, Sybase deviendra un opérateur capable de diffuser et de facturer des mini-messages à travers les réseaux de nombreux opérateurs mobiles puisque Mobile 365 travaille déjà avec des opérateurs comme T-Mobile ou Vodafone.

Sybase se donne un an pour intégrer les solutions de Mobile 365 dans ses produits. Mobile 365 fonctionnera comme une filiale de Sybase qui espère tirer les premiers bénéfices de ce rachat dès la fin 2007.

(Atelier groupe BNP Paribas – 07/09/2006)

Sybase rachète Mobile 365 Investissements – Atelier.fr

technorati tags: , , , , , , , , , ,

Marketing mobile, nouvel eldorado des publicitaires

août 30, 2006

COCA-COLA a franchi le pas. Sa nouvelle campagne, « Prends la vie côté Coca-Cola », le géant américain des sodas l’a déclinée en télévision, en affichage, sur Internet et… sur le mobile. En un click, les courbes de la célèbre bouteille apparaissent sur l’écran du téléphone et le mobinaute accède à des sonneries, des fonds d’écran et des « plans Coke ». Dans le cadre d’une nouvelle opération de promotion, il peut même entrer sur son portable les points collectés sur les produits de la marque et gagner des objets collectors.

Derrière cette première de Coca-Cola en France, on trouve ScreenTonic. Numéro un européen de la publicité sur mobile, cette start-up est la première régie exclusivement dédiée au mobile. Elle vend des espaces publicitaires sur les portails des opérateurs mobiles et gère la campagne. En avril, cette PME de 35 salariés au chiffre d’affaires d’environ 6 millions d’euros a levé 5,5 millions auprès de 3i et d’I-Source Gestion. Objectifs : renforcer son réseau en Europe et développer sa technologie. Car du simple SMS envoyé aux seuls abonnés consentants, la « m-pub » est passée aux MMS vidéos et, maintenant, aux liens textes ou bannières sur les portails Internet mobile avec renvoi sur un site mobile. « Notre première campagne vidéo date du début 2005, pour le lancement du film de la Fox Trouble Jeu », se souvient Marc-Henri Magdelénat, directeur associé de ScreenTonic. Le début d’une révolution…

Preuve de l’intérêt croissant de ce nouvel horizon publicitaire, la Société générale, Total, MacDonald’s, Adidas, Air France, France Télécom, Apple, L’Oréal ou encore Peugeot ont intégré le mobile dans leur communication. Orange annonce déjà 4,5 millions de visiteurs uniques par mois sur le portail Orange World Classique et SFR 4 millions sur Vodafone Live.

Une nouvelle opportunité de revenus

En juillet, TNS Media Intelligence a lancé la première veille publicitaire sur les mobiles. Sur les quatre premiers mois de l’année, elle a comptabilisé 2,4 millions d’euros brut dépensés par les annonceurs, dont 402 000 euros par le premier d’entre eux, France Télécom. Rapporté aux 6,5 milliards enregistrés sur la même période pour l’ensemble du marché, c’est une goutte d’eau. Mais elle promet de devenir océan.

Maurice Lévy résume le phénomène d’une formule choc : « La publicité sur le mobile, c’est le 1789 de la publicité. » Le président du directoire de Publicis Groupe assure qu’il s’agit du média « le plus extraordinaire » jamais inventé.

A vrai dire, le mobile est un rêve d’annonceur. Il est à la fois intime (60 % des abonnés jugent qu’il est plus grave de perdre son téléphone que ses clés ou son portefeuille), de masse – on compte 49,7 millions de détenteurs de portables dans l’Hexagone – et omniprésent car à portée de main du consommateur en moyenne 16 heures par jour !

« A condition de ne pas être intrusif, le mobile permet de matérialiser une pensée, un désir sur-le-champ », s’enthousiasme Marc-Henri Magdelénat. Il permet un ciblage très fin du message et une maîtrise du timing. Mieux vaut promouvoir un film l’après-midi de sa sortie ou lorsque le mobinaute adolescent s’approche d’une salle de cinéma. JCDecaux envisage de doter ses Abribus de puces émettrices de messages publicitaires à l’adresse des passants équipés de bluetooth. De son côté, l’institut OMD prédit un bel avenir aux codes interactifs ou « mobile tags » : « Il s’agit de photographier avec le téléphone un code inscrit sur un panneau d’affichage, une page de magazine ou un écran de télé, et le mobile emmène directement le client au service Internet mobile concerné. »

Un milliard de dollars en 2009

Les groupes de télécoms suivent avec intérêt le phénomène. Confrontés à la concurrence d’Internet, ils y voient une nouvelle opportunité de revenus. Et, pourquoi pas, un nouveau modèle. Aux Etats-Unis, Virgin Mobile offre depuis juin des minutes de communication gratuites aux abonnés qui acceptent de visualiser un spot de 30 secondes, puis de répondre par SMS à un questionnaire. Microsoft et PepsiCo se sont laissé tenter par l’opération « SugarMama ».

Portée par l’essor des écrans couleurs, de la vidéo et bientôt de la télévision mobile, la déferlante de la m-pub est pour demain. « Très prochainement, le plus important et le seul média que les gens auront avec eux sera leur terminal mobile », pronostique Andrew Robertson, le président de BBDO Worldwide.

En Europe et aux États-Unis, le marché devrait dépasser un milliard de dollars dès 2009, quatre fois plus qu’aujourd’hui, estime l’institut Visiongain. « Le mobile est aujourd’hui vis-à-vis de la publicité dans la même situation qu’Internet en 2001 », assure un connaisseur. Et déjà, certains experts envisagent des taux de croissance annuels identiques. Autant dire de plus de 200 %.

Le mobile, nouvel eldorado des publicitaires

technorati tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,