Archive for the ‘Orange’ Category

Marketing Mobile : Une start-up française relance la géolocalisation des enfants

avril 26, 2007

Les clients de l’opérateur Orange peuvent désormais localiser le mobile de leur enfant via un service proposé par Illico.net, une start-up parisienne. Un service de «géocontrôle parental» agrémenté par la Cnil.

La société française Ilico.net lance, sur le réseau d’Orange, un service de géolocalisation des enfants via leur téléphone mobile. Ce système de «géocontrôle parental» repose sur un principe simple: l’adulte s’inscrit à un service en ligne, baptisé «ootay», et y enregistre les nom et coordonnées téléphoniques de son enfant.

Pour le localiser, il accède ensuite à son espace dédié sécurisé (identifiant et mot de passe), via le Net ou sur un mobile compatible Wap ou iMode. En cliquant sur le nom de l’enfant, une requête est envoyée sur le réseau mobile d’Orange pour repérer le téléphone. En réponse, le parent reçoit une carte indiquant le périmètre géographique où se situe le mobile. Ce périmètre est représenté par un cercle de couleur.

Le service fonctionne sur toute la France avec une précision de 50 à 150 mètres en ville, et de 150 mètres à 3 kilomètres en zone rurale. La technique utilisée est dite Cell-ID. «Elle consiste à repérer l’antenne la plus proche du combiné puis à déduire la distance entre les deux équipements d’après la vitesse que mettent les données pour faire un aller-retour», explique à ZDNet.fr Patrick Chanudet, fondateur d’Ilico.net.

L’utilisateur ne paye pas d’abonnement mais achète des crédits de localisations. Il en coûte, par exemple, 4 euros pour cinq localisations. «Outre les enfants, ce système peut aussi fonctionner pour la localisation de personnes âgées», poursuit le responsable.

Un service contrôlé par la Cnil

La Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) a validé le dossier Illico.net. Interrogé par ZDNet.fr, Thomas Dautieu, juriste à la Cnil, explique qu’«il n’y a pas de réglementation spécifique en France concernant la géolocalisation des enfants», contrairement à la Finlande qui s’est doté d’un cadre juridique spécifique. Les autorités y ont estimé que la responsabilité parentale primait et que la géolocalisation des enfants pouvait se faire sans leur consentement.

«En France, comme les autres services de géolocalisation, les principes à respecter sont: l’information des personnes, la possibilité d’exercer à tout moment son droit d’opposition et l’obtention préalable du consentement des personnes localisées.»

Dans le cadre du système d’Illico.net, cela se traduit par l’envoi initial, lors de l’inscription au service, d’un SMS à l’enfant afin qu’il donne son accord. Ensuite, chaque fois qu’il est localisé, il reçoit un SMS lui précisant par qui et quand l’opération a été effectuée. À l’inverse, l’envoi par l’enfant d’un SMS avec le mot «stop» à un numéro spécifique permet d’interrompre à tout moment le service.

Cette expérience de géocontrôle parental n’est pas la première menée en France. En 2003, Alcatel et Oberthur Card Systems avaient réalisé un test grandeur nature d’un service nommé Ange Gardien. Il géolocalisait par triangulation (traitement croisé de trois points du réseau) le mobile d’un enfant suivant un itinéraire prédéfini à la sortie de l’école. En cas d’anomalie, un SMS était envoyé aux parents.

Alcatel a abandonné le concept

Faute de débouchés commerciaux, le projet a été abandonné l’année suivante, explique Alcatel. «Pour l’instant nous avons mis ce type d’application en stand-by car le marché n’est pas encore là», confirme-t-on chez Oberthur Card Systems.

Le système d’Illico.net se distingue de ce premier projet. «Grâce la technologie Cell-ID, notre système est compatible avec tous les mobiles du marché. Alors que la triangulation nécessite l’utilisation d’une carte SIM spécifique, ce qui réduit le marché et rend cette technologie inexploitable auprès du grand public.» Et son business model est simple: les clients achètent des crédits de localisations à Illico.net, qui paye de son côté l’opérateur mobile pour exploiter son réseau, le temps de l’opération.

Créée en 2004 sur fonds propres, la start-up parisienne a également ouvert ses services depuis six mois en Angleterre avec Orange, Vodafone et O2; en Belgique avec Proximus (Belgacom); et en Allemagne avec ePlus. «Plusieurs milliers d’utilisateurs» ont été séduits, indique sans plus de détails Patrick Chanudet mais précise qu’en France, «des pilotes sont en cours avec d’autres opérateurs».

Dans le cadre d’un accord à portée mondiale, la solution ootay est également inscrite au catalogue de services que le constructeur Ericsson propose aux opérateurs en accompagnement de ses équipements.

Illico.net espère réaliser 250.000 euros de chiffre d’affaires cette année. Des revenus qu’il compte multiplier par cinq en 2007. La profitabilité est attendue dès la fin 2006.

http://www.ilico-net.com

http://www.ootay.com

Une start-up française relance la géolocalisation des enfants – Actualités – ZDNet.fr

technorati tags: , , , , , , , , , , , , , , , ,

Marketing Mobile : Orange et Google main dans la main… après le iPhone, le Google Phone

décembre 18, 2006

Dans la rubrique des partenariats improbables du Web, en voici un qui devrait donner naissance à ce qui est déjà annoncé comme un nouveau type de téléphone mobile. Google et Orange veulent en effet créer ce type de téléphone mieux adapté au Web, à coup de partenariat de plusieurs milliards de dollars.

Complices, mais à quel point ?

Google va-t-il se lancer dans la fabrication et la vente de téléphones mobiles, en partenariat avec Orange ? La question est d’actualité, d’autant que les deux groupes seraient sur le point de signer un juteux partenariat dont les termes n’ont pas encore été dévoilés. On sait cependant que des représentants d’Orange sont allés rendre visite au siège de Google, à Mountain View, pour discuter d’un éventuel accord. Cet accord devrait porter sur la sortie prochaine d’un nouveau téléphone portable “mieux adapté au Web” et permettant d’accélérer la vitesse de connexion à Internet.

« Les experts de Google font un travail extraordinaire de compression de données pour que l’utilisateur de téléphone mobile ait une connexion plus aisée » affirme une source proche du dossier à nos confrères britanniques de The Observer. Google n’en est pas à ses premiers pas dans le monde de la téléphonie mobile et ce partenariat serait l’aboutissement de ce qu’a commencé la firme dans ce domaine.

Orange et Google main dans la main

technorati tags: , , , , , , , , , , , , ,

Mobile Marketing – Press Release : Nokia supports France Telecom in launching the Orange branded « Mon PC à distance » service

décembre 7, 2006

Espoo, Finland – Nokia and France Telecom have signed a contract that will see Nokia integrate a customized remote content service and related platforms into the operator’s network. Nokia will also host the commercial service, thus enabling France Telecom to roll out the solution more quickly and efficiently.

The service, developed with France Telecom according to its broad market and customer understanding, will enable France Telecom’s Orange mobile customers to remotely access their personal photos, videos and music stored on their PC at home, as well as to watch, view and listen to them from anywhere on their Orange mobile device. The service marks the first convergent application implemented by Nokia to France Telecom.

« Mon PC à distance » users simply need to download client software from Orange’s web site to their PCs at home. No specific client is needed on their mobile devices. Indeed, any mobile device having standard browsing and multimedia capabilities is compatible with « my remote PC » service, although the advanced browsing, image and sound capabilities of the Nokia Nseries will leverage this new exciting « place & time shift » experience even further.

« People nowadays have a lot of personal content stored in their home PC’s, such as videos, photos, music and office documents. Our new HomeZone service enables people to access this content anytime and anywhere, » says Laurence Thouveny, Vice President HomeZone, France Telecom NExT Marketing. « Nokia is a trusted provider of systems integration and hosting services, able to support us for the launch of new and innovative services. »

« Mon PC à distance » was first launched on the 16th of November 2006 in France, from where the solution can be rolled out into other France Telecom affiliates internationally. Nokia will provide France Telecom with consulting and integration, as well as hosting and maintenance services.

« Cost and complexity are challenges that operators face when launching and managing new services. There is a growing demand for us to help them avoid costly and risky investments and bring the services faster to market. Nokia Mobility Hosting aims at eliminating the risks and giving operators the confidence to explore and discover new revenue streams, » says Ronan Trébaol, Partnership Project Director, Networks, Nokia. « We are pleased to support France Telecom in offering a new generation of mobile services to change people’s everyday lives. »

With its in-depth understanding of operators’ business and networks expertise, Nokia Consulting & Integration (C&I) helps operators to differentiate and introduce new services to market more quickly, ensure quality of experience and help drive customer loyalty by providing consulting and professional services in the areas of network design, service management and performance, and service delivery solutions. Nokia C&I has completed more than 350 systems integration projects globally.

Hosting is one of the many tools that Nokia can offer operators to help grow their business and manage their costs in the face of ever-toughening competition and growing technological complexity. With its proven track record in managing networks on behalf of operators around the world, Nokia is able to support operators to enhance their service offerings and reduce costs. Nokia is a major player in the Managed Services business with close to 60 managed services contracts globally.

Nokia – ShowPressRelease

technorati tags: , , , , , , , , , , , , , ,

Mobile Marketing : Wireless systems help drivers find a spot to park

novembre 20, 2006

PARIS: A service starting in Paris next month is designed to make life somewhat easier for harried drivers by allowing them to find out, in real time, whether there are parking spaces available nearby by using their cellphones or GPS navigation devices.

The system will monitor the status of about 120 public parking garages across the French capital. From their phones, drivers will be able to find out whether a nearby garage is open and has places available.

« At certain times of day, 20 to 25 percent of vehicles are in search of a parking space. With this service, we should be able to improve the traffic flow, » said François Le Vert, a representative of the Fédération Nationale des Métiers du Stationnement, an organization of French parking institutions that helped develop the system.

Eight companies are participating in the project: Orange and SFR, the two leading French mobile networks; Canal TP, NavX and V-Traffic, which specialize in travel and navigation software; the consulting firms Setec and Carte Blanche Conseil, and New Technology for Citizens, a grouping of firms that provides travel services.

The project does not have a catchy, dot-com-era name, instead prefering a more factual moniker, which translates as « universal system for information on parking areas. » Participating parking garages are linked via Internet to a central server, and when the status of a garage changes – open, closed, full, vacancies – it sends a message to the server, which sends updates to the service providers.

At Orange, customers will be able to consult the parking database for free via the Orange World portal on any compatible cellphone. The only charges will be for downloading the data. Orange can find the caller’s approximate position by determining which antenna the phone is connecting to, or the user can simply enter an address.

Alexandre Nepveu, Orange’s director of marketing for telematic and automobile applications, said next year the carrier would add a service for cellphones equipped with GPS receivers, which will allow drivers to be guided to the nearest available garage much more precisely.

Nepveu left open the possibility that the service could be made available to customers of foreign networks in the future, but for now, the service will be available only in French and to Orange customers with contracts in France.

Any driver could sign up for the package offered by a Navx, according to Jean Cherbonnier, a co-founder of the company.

Navx’s service is compatible with about half of all personal navigation devices on the market now, and Cherbonnier said he expected this to increase to 80 percent within six months. The company also markets a service that tells drivers where speed cameras are located.

Navx has plans to spread the system beyond France. « We’re already in touch with parking garages in Germany, » Cherbonnier said. « The German project is for February and will include about 800 garages across the country. » After Germany, Cherbonnier would like to take aim at Switzerland, Italy, Britain, Austria and Spain.

A Massachusetts company, SpotScout, is taking a different approach. SpotSout is working to create a virtual marketplace for parking spaces in high-demand areas in Boston, New York and San Francisco. Using cellphones and the Internet, customers will be able to provide offers and requests for private parking spaces. Farther in the future, SpotScout hopes to allow users to trade information about the availability of parking spaces on the street.

Andrew Rollert, chief executive of SpotScout, said he had received a lot of inquiries from Europe and Asia.

Might drivers be putting themselves and others in danger by using these services at the wheel?

In Cherbonnier’s opinion, the use of cellphones and personal navigation devices is preferable to rummaging through the glove compartment to find the relevant guide book.

« I don’t think it’s a danger, » he said. « It’s just a way of replacing books, guides and maps. »

Wireless systems help drivers find a spot to park – Technology & Media – International Herald Tribune

technorati tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Marketing Mobile : Dépêche Reuters – Orange va proposer MSN sur ses mobiles

octobre 19, 2006

PARIS (Reuters) – Microsoft et France Télécom annoncent un accord stratégique permettant à l’opérateur historique français de proposer à partir de décembre la messagerie instantanée MSN du groupe américain sur ses mobiles Orange.

L’offre, qui sera étendue en 2007 à d’autres pays européens (dont le Royaume-Uni et l’Espagne), permettra l’utilisation de la messagerie instantanée entre PC et téléphones mobiles.

L’accord entre Microsoft et France Télécom, qui entre dans le cadre d’un partenariat plus global annoncé en juin 2005, prévoit que les coûts de développement, les revenus et la propriété industrielle des éléments spécifiques à l’offre de messagerie soient partagés entre les deux groupes.

Le service sera accessible sur neuf terminaux dès son lancement, dont six (déjà en parc) représentent entre 600.000 et 700.000 clients. « Plusieurs dizaines » de mobiles Orange devraient être compatibles d’ici à la fin 2007.

« Cet outil va permettre aux clients d’Orange – 135 millions de personnes – d’entrer dans le monde de la messagerie instantanée et de dialoguer (…) avec la communauté de ceux qui sont dans le monde de ‘Windows life’, (…) soit 240 millions de personnes », a déclaré lors d’une conférence de presse Didier Lombard, P-DG de France Télécom.

Steve Ballmer, le directeur général de Microsoft, a pour sa part prédit « des résultats importants à court terme ».

En termes de tarifs, Didier Lombard a seulement indiqué que le service, gratuit depuis les PC, serait facturé « un prix très raisonnable » « de façon à ce que les jeunes puissent y accéder sans casser leur tirelire ».

« Il s’agit de s’adresser au plus grand nombre, ce n’est pas focalisé sur les terminaux haut de gamme réservés aux techno-spécialistes », a-t-il ajouté en précisant que l’opérateur français visait « plusieurs millions de clients en Europe d’ici 2009 ».

Le P-DG de France Télécom a également indiqué qu’il ne retenait pas « l’hypothèse de baisse du SMS » après le lancement de MSN sur les mobiles du groupe.

Dans le cadre leur offre, France Télécom et Microsoft prévoient en outre de lancer au printemps 2007 de nouveaux services tels que les appels depuis et sur les PC et les appels sur mobiles et PC en vidéo 3G.

« Nous n’avons pas de projets de partenariat avec d’autres opérateurs, mais notre accord (avec France Télécom) n’est pas exclusif », a déclaré Steve Ballmer.

Une version de MSN est déjà notamment disponible sur certains mobiles de Bouygues Telecom. France Télécom a annoncé mercredi que l’interopérabilité de son service avec celui d’autres opérateurs serait assurée.

La Tribune.fr – Dépêche Reuters – Orange va proposer MSN sur ses mobiles

technorati tags: , , , , , , , , , , , , , ,

Marketing Mobile : Hub Télécom crée avec Orange une offre mobile communautaire

septembre 7, 2006

En partie sur le modèle de M6, du PSG ou l’OM, Hub Télécom et Orange France s’associent pour lancer une offre de téléphonie mobile communautaire, baptisée « Hub mobile by Orange« : elle concerne les entreprises des aéroports et des MIN (Marchés d’Intérêt National)

Hub Télécom (ex ADP Télécom), l’opérateur des aéroports et des sites complexes (Paris Expo, Palais des Congrès…) a finalement trouvé une forme de partenariat satisfaisante avec Orange.

Depuis plusieurs mois, l’opérateur filiale d’Aéroport de Paris ne cachait pas son intention de proposer une offre de télécom mobile. Il avait d’abord été question d’adopter le statut d’opérateur virtuel ou MVNO (Mobile virtual network operator). Mais les discussions menées avec le trop petit cercle des opérateurs mobiles en France ont vite conduit à déplorer un état de fait: ce statut n’offrait guère d’atouts, compte tenu notamment des maigres points de marge concédés par SFR ou Orange…

A l’instar de M6 ou du PSG, c’est finalement le modèle d’un accord de licence qui a prévalu, sans location ni ventes de terminaux.

« Hub mobile by Orange » est une offre de téléphonie mobile restreinte à deux communautés inter-entreprises sur des plates-formes géographiquement délimitées:
– la communauté aéroportuaire ouverte aux entreprises situées dans l’un des 24 plus grands aéroports français,
– la communauté des entreprises installées sur les marchés d’intérêts nationaux (ou MIN). Il existe 16 MIN sur le territoire national, dont le principal, Rungis.

(…) »Avec cette offre, les deux opérateurs proposent aux membres d’une même communauté de bénéficier de conditions tarifaires privilégiées, à la fois au sein de leur entreprise et entre entreprises de la communauté présentes sur chaque site« , explique un communiqué de ce 4 septembre.

En pratique « Hub mobile by Orange » présente:
– des forfaits illimités sur site : communications illimitées entre les membres de la communauté sur leur site de rattachement,
– des tarifs privilégiés pour les appels hors site au sein de la
communauté,
– des forfaits mutualisables pour les appels hors de la communauté
– des services inclus tels que le renvoi d’appels, la présentation du
numéro, le double appel, des conférences mobiles (jusqu’à 5 personnes).
– l’option « com perso« , qui permet de distinguer les communications prises en charge par l’entreprise de celles assumées par le salarié.
Les entreprises clientes reçoivent une double facturation.

«Grâce à notre collaboration avec Hub Télécom, opérateur télécom de sites complexes, nous proposons désormais à nos clients une offre adaptée à ces communautés d’entreprises», déclare Jean-Marie Culpin, directeur du marché Entreprises d’Orange France.

«Adhérer à l’une de nos offres permettra à nos clients de bénéficier de services dédiés, tout en réduisant leurs coûts de communication», explique François Deschamps, directeur Marketing, stratégie et développement de Hub Télécom.

Silicon.fr – Hub Télécom crée avec Orange une offre ‘mobile communautaire’

technorati tags: , , , , , , , , , , , , , , , ,

Marketing mobile, nouvel eldorado des publicitaires

août 30, 2006

COCA-COLA a franchi le pas. Sa nouvelle campagne, « Prends la vie côté Coca-Cola », le géant américain des sodas l’a déclinée en télévision, en affichage, sur Internet et… sur le mobile. En un click, les courbes de la célèbre bouteille apparaissent sur l’écran du téléphone et le mobinaute accède à des sonneries, des fonds d’écran et des « plans Coke ». Dans le cadre d’une nouvelle opération de promotion, il peut même entrer sur son portable les points collectés sur les produits de la marque et gagner des objets collectors.

Derrière cette première de Coca-Cola en France, on trouve ScreenTonic. Numéro un européen de la publicité sur mobile, cette start-up est la première régie exclusivement dédiée au mobile. Elle vend des espaces publicitaires sur les portails des opérateurs mobiles et gère la campagne. En avril, cette PME de 35 salariés au chiffre d’affaires d’environ 6 millions d’euros a levé 5,5 millions auprès de 3i et d’I-Source Gestion. Objectifs : renforcer son réseau en Europe et développer sa technologie. Car du simple SMS envoyé aux seuls abonnés consentants, la « m-pub » est passée aux MMS vidéos et, maintenant, aux liens textes ou bannières sur les portails Internet mobile avec renvoi sur un site mobile. « Notre première campagne vidéo date du début 2005, pour le lancement du film de la Fox Trouble Jeu », se souvient Marc-Henri Magdelénat, directeur associé de ScreenTonic. Le début d’une révolution…

Preuve de l’intérêt croissant de ce nouvel horizon publicitaire, la Société générale, Total, MacDonald’s, Adidas, Air France, France Télécom, Apple, L’Oréal ou encore Peugeot ont intégré le mobile dans leur communication. Orange annonce déjà 4,5 millions de visiteurs uniques par mois sur le portail Orange World Classique et SFR 4 millions sur Vodafone Live.

Une nouvelle opportunité de revenus

En juillet, TNS Media Intelligence a lancé la première veille publicitaire sur les mobiles. Sur les quatre premiers mois de l’année, elle a comptabilisé 2,4 millions d’euros brut dépensés par les annonceurs, dont 402 000 euros par le premier d’entre eux, France Télécom. Rapporté aux 6,5 milliards enregistrés sur la même période pour l’ensemble du marché, c’est une goutte d’eau. Mais elle promet de devenir océan.

Maurice Lévy résume le phénomène d’une formule choc : « La publicité sur le mobile, c’est le 1789 de la publicité. » Le président du directoire de Publicis Groupe assure qu’il s’agit du média « le plus extraordinaire » jamais inventé.

A vrai dire, le mobile est un rêve d’annonceur. Il est à la fois intime (60 % des abonnés jugent qu’il est plus grave de perdre son téléphone que ses clés ou son portefeuille), de masse – on compte 49,7 millions de détenteurs de portables dans l’Hexagone – et omniprésent car à portée de main du consommateur en moyenne 16 heures par jour !

« A condition de ne pas être intrusif, le mobile permet de matérialiser une pensée, un désir sur-le-champ », s’enthousiasme Marc-Henri Magdelénat. Il permet un ciblage très fin du message et une maîtrise du timing. Mieux vaut promouvoir un film l’après-midi de sa sortie ou lorsque le mobinaute adolescent s’approche d’une salle de cinéma. JCDecaux envisage de doter ses Abribus de puces émettrices de messages publicitaires à l’adresse des passants équipés de bluetooth. De son côté, l’institut OMD prédit un bel avenir aux codes interactifs ou « mobile tags » : « Il s’agit de photographier avec le téléphone un code inscrit sur un panneau d’affichage, une page de magazine ou un écran de télé, et le mobile emmène directement le client au service Internet mobile concerné. »

Un milliard de dollars en 2009

Les groupes de télécoms suivent avec intérêt le phénomène. Confrontés à la concurrence d’Internet, ils y voient une nouvelle opportunité de revenus. Et, pourquoi pas, un nouveau modèle. Aux Etats-Unis, Virgin Mobile offre depuis juin des minutes de communication gratuites aux abonnés qui acceptent de visualiser un spot de 30 secondes, puis de répondre par SMS à un questionnaire. Microsoft et PepsiCo se sont laissé tenter par l’opération « SugarMama ».

Portée par l’essor des écrans couleurs, de la vidéo et bientôt de la télévision mobile, la déferlante de la m-pub est pour demain. « Très prochainement, le plus important et le seul média que les gens auront avec eux sera leur terminal mobile », pronostique Andrew Robertson, le président de BBDO Worldwide.

En Europe et aux États-Unis, le marché devrait dépasser un milliard de dollars dès 2009, quatre fois plus qu’aujourd’hui, estime l’institut Visiongain. « Le mobile est aujourd’hui vis-à-vis de la publicité dans la même situation qu’Internet en 2001 », assure un connaisseur. Et déjà, certains experts envisagent des taux de croissance annuels identiques. Autant dire de plus de 200 %.

Le mobile, nouvel eldorado des publicitaires

technorati tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Grande distribution : Carrefour, MVNO avec Orange, débarque dans la téléphonie mobile

juillet 19, 2006

L’enseigne s’appuie sur Orange pour devenir opérateur mobile virtuel. Il prendra ses marques en même que son concurrent Auchan allié à SFR.

Après avoir refondu un vaste pan de sa stratégie de commerce électronique avec le lancement de Boostore.com le mois dernier, le groupe Carrefour vient d’annoncer qu’il comptait devenir opérateur mobile à réseau virtuel (MVNO) en collaboration avec Orange.

L’objectif étant de proposer aux clients de son réseaux d’hypermarchés (217 magasins) une offre de services mobiles sous sa propre marque. Offre qui pourrait également apparaître sur son nouveau site marchand. Mais, pour le moment, si la galerie commerciale Boostore.com dispose d’un espace « Téléphone portable », le site marchand ne met pas en avant d’offres mobiles.

Pour le moment, Carrefour reste assez discret sur le démarrage effectif de ses activités en qualité de MVNO. « D’ici quelques mois », peut-on lire dans un communiqué de presse un brin laconique du groupe.

Dans tous les cas, le marché de la mobilité suscite la convoitise des enseignes de la grande distribution. En mai, le groupe Auchan a également annoncé son intention de devenir opérateur mobile virtuel en s’associant avec SFR. Le démarrage est prévu dans le courant de l’automne. D’autres enseignes plus spécialisés comme la Fnac a préféré opter pour un simple accord de licence de marque avec Orange pour développer une offre mobile « maison ».

VNUnet.fr – Grande distribution : Carrefour débarque dans la téléphonie mobile

technorati tags: , , , , , , , , ,

TNS & MMA : Première veille de la pub sur les mobiles

juillet 10, 2006

L’institut TNS Media Intelligence vient de signer un contrat avec Orange et est en négociation avec SFR et Bouygues.

C’EST UN MARCHÉ naissant mais suffisamment prometteur pour que TNS Media Intelligence (TNS MI) décide de le passer au crible de sa pige. La première veille publicitaire sur les téléphones mobiles vient ainsi de voir le jour en France. Elle totalise 2,4 millions d’euros bruts, dépensés par les annonceurs sur ce nouveau média, lors des quatre premiers mois de l’année. Une miette par rapport aux 6,5 milliards d’euros enregistrés, à la même période, sur le marché global de la communication en France.

Pour l’heure, TNS MI n’a signé d’accord qu’avec Orange, mais les négociations sont en cours avec SFR et Bouygues Telecom. Quant aux opérateurs dits « virtuels », ils représentent des parcs d’abonnés encore trop restreints pour que l’on comptabilise les investissements publicitaires qui y sont concentrés. Toutefois, M6 Mobile, Universal Mobile et autres constituent des offres très ciblées à destination des jeunes. De quoi intéresser les annonceurs de ce segment.

TNS MI ne retient que les formes légales de la publicité sur les téléphones portables, via les SMS, les MMS et les liens publicitaires que propose l’Internet mobile. C’est d’ailleurs ce dernier outil qui obtient les faveurs des annonceurs. Le SMS s’apparente à du marketing direct, il n’est envoyé qu’à des abonnés qui ont, au préalable, accepté de recevoir des offres commerciales. Ce qui réduit considérablement l’ampleur de la base de données par rapport au parc des abonnés. Enfin, le MMS, qui a l’image pour support, est tributaire du renouvellement des appareils.

Aujourd’hui, TNS MI surveille de près les premières offres publicitaires liées au podcasting. Une technologie encore peu répandue, mais que les régies commencent à commercialiser. Peut-être le prochain marcher à piger. En attendant, cette opération sur les téléphones portables s’est faite sous l’égide de la MMA (Mobile Marketing Association) qui regroupe les opérateurs de téléphonie mobile, les instituts de veille publicitaire, des annonceurs et des agences.

La MMA a pour vocation, justement, de promouvoir et de développer le téléphone mobile comme support publicitaire. L’association veillera donc entre autre à la bonne tenue des résultats annoncés par TNS MI, car ceux-ci sont obtenus pour l’instant sur la base de déclarations faites par les opérateurs mobiles.

Première veille de la pub sur les mobiles – lefigaro.fr

technorati tags: , , , , , , , , , , ,

La Fnac se lance dans la téléphonie mobile

juin 28, 2006

La filiale du groupe PPR arrive sur le marché de la téléphonie mobile avec une offre dédiée à la cible élargie des 25/55 ans. Développée avec Orange, Fnac mobile est orientée vers le téléchargement de musique, et offre des avantages aux adhérents Fnac.

Les magasins Fnac commercialiseront, à compter du 6 juillet prochain, une offre de téléphonie mobile en partenariat avec l’opérateur Orange. L’enseigne d’électronique grand public et l’opérateur ont passé un accord de licence similaire à celui unissant Orange et M6 pour le lancement de la marque M6 Mobile.

Il ne s’agit donc pas d’un accord de type MVNO, comme avec Tele2 ou Virgin. La Fnac ne devient pas opérateur mobile virtuel, car elle ne loue pas le réseau d’Orange et ne prend pas en charge la facturation ou le support technique. Elle propose ici uniquement sa propre formule, basée sur les solutions existant dans le catalogue de gros d’Orange.

En l’occurrence, Fnac mobile s’adresse à la clientèle de l’enseigne. «Il s’agit d’une population âgée de 25/55 ans, plutôt aisée et dont les loisirs sont orientés vers la technologie» explique à ZDNet.fr Lionel Jarlan, directeur des achats micro-informatique et téléphonie de la Fnac.

Pour l’enseigne, il s’agit notamment de développer un nouveau canal de vente pour ses contenus audio, via le téléchargement de morceaux de musique depuis son cellulaire. «Le mobile est un point de convergence sur lequel nous allons pouvoir vendre du contenu dématérialisé», poursuit Lionel Jarlan.

Dans le détail, les offres Fnac mobile donnent accès à une plate-forme de téléchargement dérivée du service en ligne Fnacmusic, adaptée au mobile. Le prix est un peu plus élevé cependant: 1,99 euro le morceau contre 0,99 euro sur Fnacmusic. Un tarif comparable en revanche aux autres services de téléchargement sur mobile. Le morceau stocké sur le mobile peut être copié une fois sur un PC, au format WMA protégé.

Pour convaincre ses adhérents, la Fnac leur donne un avantage: ils peuvent accumuler des euros en bons d’achat sur leur facture télécoms, à raison de 2,5 euros de bons d’achat Fnac pour 100 euros de communications mobiles. L’entreprise revendique aujourd’hui 1,8 million d’abonnés.

Pour le reste, l’offre Fnac mobile se distingue par la possibilité d’appeler de manière illimitée 7j/7 et 24h/24 un seul numéro, quel que soit l’opérateur (fixe comme mobile). Une offre cependant limitée dans le temps, disponible jusqu’en octobre. Quatre forfaits sont proposés: 3h pour 44 euros par mois, 4h pour 52 euros, 6h pour 68 euros et 8 h pour 84 euros.

De son côté, Orange ajoute à son palmarès une nouvelle marque, après M6 ou Virgin, susceptible de lui apporter de nouveaux clients. «La Fnac est une très belle marque et l’enseigne dispose d’un réseau de distribution conséquent», a déclaré à ZDNet.fr Didier Quillot, P-DG d’Orange France. L’offre sera en effet proposée dans 67 magasins répartis sur toute la France.

Les deux groupes n’ont pas souhaité fournir des objectifs chiffrés pour cette nouvelle offre.

La Fnac se lance dans la téléphonie mobile – Actualités – ZDNet.fr

technorati tags: , , , , , , , , , , ,

Fédération d’opérateurs mobiles autour de la 4G

juin 26, 2006

Six acteurs importants de la téléphonie mobile s’unissent pour faire entendre leurs voix auprès des gouvernements.

Avec l’arrivée imminente des services Internet sans fil en 4G, six des plus grands opérateurs mobiles ont décidé de s’associer. Ce lobby est destiné à faire pression sur les gouvernements afin qu’ils renoncent à imposer des frais de licence considérables pour exploiter les spectres de fréquences dédiés. Le Next Generation Mobile Network Forum regroupe des acteurs comme Orange, Vodafone, NTT DoCoMo, T-Mobile, KPN et China Mobile.

Le groupement d’opérateurs mobiles souhaite éviter qu’avec l’arrivée de la 4G, le schéma de la 3G ne se reproduise. Un déploiement qui avait été marqué par des coûts onéreux d’acquisition de licences d’exploitation. Il souhaite ainsi convaincre les gouvernements d’utiliser en partie le spectre actuellement disponible pour héberger les services Internet mobiles à très haut débit.

Le spectre actuel devra toutefois subir quelques modifications qui risquent d’affecter les licences GSM actuellement détenues par les opérateurs mobiles. Au Royaume-Uni, ces licences avaient été concédées gratuitement aux opérateurs, contrairement aux licences 3G qui avaient été accordées à un coût total combiné de 327,3 milliards d’euros.

VNUnet.fr – Fédération d’opérateurs mobiles autour de la 4G

technorati tags: , , , , , , , , , , , , ,